A

Accelerando : (italien) Terme musical : en accélérant, en jouant de plus en plus vite (ce qui ne veut pas dire en jouant de plus en plus fort !).

ADSR :  Acronyme de "Attack, Decay, Sustain, Release". Définit l'enveloppe d'un son produit par un synthétiseur. L'enveloppe rend compte du déroulement temporel d'un son.

Adagio : (italien) Tempo lent pour un morceau de musique.

After-touch :  Littéralement... "après le toucher" : réaction de certains claviers de synthétiseurs à une pression supplémentaire après le premier enfoncement de la touche. L'after-touch permet de faire évoluer un son tenu lors de son exécution : variation de la puissance sonore, de l'amplitude d'un vibrato, évolution du son en faisant varier un filtre.

AIFF : Acronyme de l'anglais "Audio Interchange File Format". Format de fichier sonore développé par Apple. Le format AIFC est un format très proche du précédent qui permet la compression de données.

Aile de son : Élément de scène rajouté de part et d’autre de celle-ci pour supporter les châteaux de la sono sans restreindre l'ouverture de la scène.

Algorithme : Groupement combiné d'éléments permettant d'obtenir un résultat déterminé. Terme utilisé en synthèse sonore par modulation de fréquence : il désigne la combinaison des "opérateurs".

Amplificateur : Appareil transformant un signal de niveau ligne en niveau haut-parleur. Il transforme également une adaptation en tension en une adaptation en puissance. Un amplificateur classique possède deux "étages" : le préamplificateur contenant des filtres ainsi que le contrôle du volume et l'étage de puissance, transformant le signal de sortie ligne du préamplificateur en une puissance électrique transmise au haut-parleur.

Andante : (italien) « allant ». Désigne un tempo (voir "tempo") modéré pour un morceau de musique. Deuxième mouvement d'une sonate ou d'une symphonie.

Arpégiateur : Circuit électronique permettant de faire entendre, une par une, les notes d'un accord plaqué sur un clavier, soit en montant, soit en descendant, soit les deux successivement.

Artefact : altération audible d'un son après un traitement numérique. Les défauts entendus révèlent les artifices utilisés pour modifier le son d'origine.

Attack :  Attaque (d'un son). Un des éléments de l'enveloppe.

B

Backline : Rangée des instruments de musique et de leurs amplis installés visiblement ou cachés en fond de scène. Désigne donc l’ensemble du matériel directement utilisé par les artistes : instruments, accessoires, etc...

Balance : Moment, en général vers le milieu de l’après-midi si le concert à lieu le soir, où s’effectuent les différents réglages :
     - réglage de la façade pour linéariser ( rendre la plus plate possible, donc indépendante du lieu ) la courbe de réponse du système de sonorisation, en général à l’aide d’un générateur de bruit rose et d’un analyseur de spectre en temps réel et d’égaliseurs graphiques à bande 1/3 octave ou paramétriques.
     - équilibrage et mixage "artistique", par une courte répétition, des tranches micros et instruments des musiciens avec la console façade (il peut y avoir jusqu’à 64 voies).
     - équilibrage et mixage indépendant avec la console de retours pour éviter les accrochages (Larsens).

Bande passante : Ensemble des fréquences que peut reproduire un signal. Elle s'exprime sous forme de 2 fréquences : la plus basse et la plus haute. Exemples : bande passante d'un téléphone (400 Hz - 3 000 Hz), celle d'un lecteur de CD (20 Hz - 20 000 Hz).

Bandwidth :  "Largeur de bande", « bande passante » (ex. : 55 Hz à 14,5 kHz). Sur un correcteur paramétrique ce terme est utilisé pour désigner la bande de fréquence sur laquelle s'applique la correction effectuée. Par exemple : + 6 dB sur une bande de fréquence de 1 000 Hz autour d'une fréquence centrale de 5 000 Hz. Plus la bande de fréquence est étroite plus ce qu'on appelle la "pente" de correction est forte.

Bank :  Rang d'une série de sons (chiffre des dizaines) mis en mémoire dans un synthétiseur ou dans un séquenceur.

Bass :  Basses.

Bell (Graham) : 1847-1922. Physicien américain, inventeur du téléphone. Il a donné son nom (sous forme abrégée) à une unité de mesure des niveaux sonores, le Bel, le plus souvent utilisée sous la forme de sa subdivision le décibel, noté dB. C'est un rapport : n dB = 10 log10 G2 / G1

Bender :  Littéralement : "courbure". Ex. : Pitch bender : courbure de la hauteur du son (commande d'effets sur un synthétiseur). L'effet sonore est semblable à celui du portamento (voir « Glide ») sauf que l'on revient, après effet, à la hauteur du son d'origine.

BF : (abrév.) Basse fréquence. Désigne en général l'ensemble des circuits dans un studio son; la haute fréquence ne concernant que les circuits d'émission : radio, liaison de micro sans fil, etc....

Bidirectionnel : Concerne ce qu'on appelle la directivité d'un microphone. Un micro bidirectionel est un micro qui privilégie la prise des sons venant de deux directions opposées (voir "unidirectionnel" et "omnidirectionnel"). Ne pas confondre avec un micro stéréophonique qui est constitué de 2 micros dans un même corps.

Bits :  Impulsions représentant les informations 1 ou 0 en technique numérique.

Blindage : Procédé de protection contre des influences électromagnétiques extérieures. On protège le conducteur véhiculant les informations électriques avec une enveloppe métallique (en général, pour la souplesse, une tresse de cuivre) maintenue à un potentiel de 0 Volt par sa mise à la terre. C’est le principe de la cage de Faraday.

Boomer :  Haut-parleur de grand diamètre pour la reproduction des fréquences graves.

Bounce (to disk) : de l'anglais « to bounce » = rebondir. En son numérique sur station de mixage (Direct to Disk), procédé qui consiste à mixer ensemble plusieurs pistes ou fichiers sonores à l'intérieur de l'ordinateur tout en gardant les fichiers d'origine.

BPF :  (abrév.) = Band pass filter : filtre passe-bande. Filtre ne laissant passer qu'une certaine tranche de fréquences.

Brass :  Désigne la section des "cuivres" dans l'orchestre (trompettes, trombones, etc...)

Breath-control :  Commande par le souffle. Cette technique utilise généralement une prothèse que l'on met dans la bouche. Reliée par un fil au synthétiseur, elle permet la commande d'un certain nombre d'effets, tout en conservant les mains libres --- par exemple le niveau sonore, ou encore « cuivrer » pour des sons de synthèse semblables aux instruments à cuivres (trompettes, trombone, etc...).

Bruit : voir « Noise ». Souffle produit par les composants électroniques. Il faut qu'il soit le plus bas possible. Le rapport signal/bruit va de 60 à 105 dB et doit être, lui, le plus grand possible

Bruit blanc : Bruit acoustique non filtré présentant une énergie équivalente sur l'ensemble des zones du spectre audible.

Bruit rose : Bruit acoustique filtré pour restituer la courbe de sensibilité de l'oreille.(utilisé pour faire la linéarisation façade).

Buffer : Mémoire tampon utilisée pour stocker temporairement des données et accélérer les échanges avec le processeur d'un ordinateur.

Buzz : Voir "Ronflette"

By-pass :  "Dérivation"... mise hors circuit d'un effet, d'un filtre, permettant une connexion directe sans aucun traitement du signal.

C

Cannon : Prise blindée professionnelle à système de verrouillage utilisée dans les liaisons dites "symétriques". Elle est analogue aux modèles XLR et Switchcraft. En fait il s'agit d'une marque de fabricant : on dit "Cannon" pour les prises blindées professionnelles comme on dit  "Frigidaire" pour les réfrigérateurs !

Cartridge :  Cartouche (à mémoire). Pour stocker par exemple un programme informatique, les sons d'un synthétiseur, etc...

CCIR : (sigle) Comité Consultatif International de Radiodiffusion. Norme d'enregistrement et de reproduction.

Château : Empilement des différentes enceintes (basse, médium, aiguës) d’un système multiamplifié modulaire. Désigne donc l’ensemble des enceintes d’une aile de son.

Chorus :  Effet de chœur ou d'ensemble obtenu à partir d'un seul son. Le procédé consiste à décaler légèrement un son par rapport à l'autre. On retarde le signal et on mélange ensuite le son direct et le son retardé.

Cinch : Prise coaxiale créée par la firme RCA. Ce sont les prises que l'on trouve généralement pour les connexions "line" sur la majeure partie du matériel grand public. Ces prises sont aussi appelées prises "RCA".

Clip : Point de départ de l’écrêtage du signal, prévu par le constructeur pour la protection de l’ampli et des enceintes, indiqué par une Led, avant la coupure de l’alimentation d’un ampli. Le système n’est alors plus linéaire et entraîne de fortes saturations et distorsions. Cela génère beaucoup d’harmoniques aiguës qui font exploser les tweeters.

Cluster : (de l'anglais = grappe) Groupe d’enceintes compactes assemblées en grappe pour être accrochées en hauteur afin d'éviter l'empilement des châteaux et donner donc plus de visibilité aux spectateurs placés latéralement. Les clusters évitent aussi l’assourdissement des premiers rangs car, bien qu’inclinés vers le bas, ils ne commencent à émettre que pour le public placé à 5/10 mètres. Les enceintes peuvent être inclinées verticalement et écartées horizontalement sur leur support pour couvrir uniformément l’audience en évitant des couplages ou des trous.

Compresseur : Circuit destiné à éviter les écarts de niveau trop importants. Il diminue la dynamique d'une modulation en "regonflant" les passages qui pourraient sembler trop faibles et en limitant les passages trop forts. Bien utile par exemple pour faire ressortir une voix "engloutie" dans une orchestration trop chargée. Les opérations de compression (et expansion) du son sont aussi fréquemment utilisées dans certains systèmes de réduction de bruit (NRS : Noise Reduction System, DNR : Digital Noise Reduction).

Computer :  Ordinateur.

Cross-over :  Circuit électronique séparant, par des filtres, les fréquences en plusieurs bandes : graves, médium, aiguës, avant amplification.

Cue :  Désigne généralement un circuit auxiliaire. On le trouve sur les consoles de mixage pour utiliser le signal de voie à d'autres fins que le mixage : écoute casque pour les musiciens, par exemple, lors d'un enregistrement sur un magnétophone multipiste, retours de scène en sonorisation de spectacles, envoi dans des effets divers lors d'un mixage, etc....

Culotte : La voilà ta culotte ! Tu la cherchais partout, elle était dans le dico du son !!!

Cut-off :  Réglage de la fréquence de coupure dans un filtre (VCF)

CV :  (abrév.) Control Voltage : commande d'un oscillateur par une tension électrique : cette tension variable peut être délivrée par les touches jouées sur un synthétiseur ou par des potentiomètres. (Voir "VCO")

D

DAB :  Acronyme de "Digital Audio Broadcasting". Le DAB est un procédé de compression numérique du son destiné à l'origine à la radio numérique qui remplacera progressivement la FM à l'horizon des années 2010. L'avantage de ce procédé est principalement d'éviter certains inconvénients propres à la FM : "zones d'ombre" (mauvaise réception dans certaines régions ou sur les postes mobiles), interférences, coût élevé du réseau. Le DAB permet la transmission de 5 canaux mono simultanés (plus que le "surround").

DAT :  Acronyme de "Digital Audio Tape". Système d'enregistrement numérique (R-DAT) utilisant des cassettes de petites dimensions. Ces appareils, à l'origine créés pour le grand public, sont aujourd'hui surtout utilisés dans les milieux professionnels pour l'enregistrement sonore (disques, bandes sonores pour la TV, prise de son son cinéma, etc...). Ils tendent à remplacer les enregistreurs analogiques à bande.

dB : (abrév.) Décibel. (voir ce mot).

DBX : Marque fabricant un système d'atténuation de bruit. D'autres systèmes existent comme les "Dolby" par exemple.

DCA :  Digitally Controlled Amplifier : amplificateur à commande numérique. Utilisé dans les synthétiseurs numériques.

DCO :  Digitally Controlled Oscillator : oscillateur à commande numérique.

DCW :  Digitally Controlled Wave : onde commandée de façon numérique.

Decay :  Affaiblissement d'un son (juste après son attaque). Un des éléments constitutifs de l'enveloppe (ADSR).

Décibel : Unité de mesure d'un niveau sonore; comparaison de deux valeurs d'une même grandeur. Dixième partie du Bel. La variation est logarithmique : + 3 dB est équivalent au double du niveau sonore.       R = 10 log (Puissance2/Puissance1) = 10 log (2) = 3

Delay :  "Effet de retard". Ces appareils sont utilisés pour donner, par exemple, une impression d'écho ou pour compenser dans la sonorisation de grands espaces les effets de retard liés à la propagation du son dans l'air (340 m/s). En multidiffusion, les enceintes  réparties à proximité des spectateurs sont retardées grâce à des delays pour maintenir la cohérence spatiale acoustique.
On donnera par exemple un retard de 0,295 seconde pour 2 enceintes espacées de 100 mètres.
Penons d (distance en mètre) et v (vitesse du son en m/s), on obtient : t (délai en seconde) = d / v = 100 / 340 = 0,295 seconde

Delete :  Effacer. Effacement... d'une piste, d'un fichier.

DI Box : (de l'anglais Direct Injection Box : mot à mot = boîte d’injection directe) Boîtier adaptateur d’impédance pour convertir un signal ligne haute impédance asymétrique (guitare électrique, claviers, etc...) en entrée micro basse impédance symétrique.

Diapason : Appareil qui donne le son de référence pour accorder les instruments de musique. Un accord international  datant de 1953 a fixé la note "LA" avec une fréquence de 440 Hertz.

Digital :  Numérique. (voir ce mot). Le mot anglais, formé à partir de "digit", doit être obligatoirement remplacé par le terme "numérique" en français (commission de terminologie - Loi du 31-12-75).

DIN : (allemand) Acronyme de "Deutsche Industrie Normen". Standard de mesures électroniques et de diverses recommandations et spécifications concernant le matériel et les normes électriques. Par extension ce terme désigne souvent un type de prises à plusieurs broches que l'on trouve sur le matériel européen ou dans les liaisons M.I.D.I.

Disk (ou Disc) :  disque (dur) utilisé dans un ordinateur.

Diskette : "Disquette" en français. Disque souple magnétique destiné aux unités de "floppy-disc".

Display :  Affichage (écran).

Diversity : Système de réception HF utilisant 2 récepteurs et un dispositif de commutation automatique choisissant instantanément la meilleure réception entre les 2.

Drop :  En son et en vidéo : Saute ou altération du son ou de l'image, due généralement à un léger défaut de la bande magnétique. Le verbe "droper" ou "faire un drop" est souvent utilisé (à tort) par les musiciens pour désigner une opération de "punch in"/"punch out" (voir "punch in") lors d'un enregistrement sonore.

DSP :  Acronyme de "Digital Signal Processor".

Dynamique : Ce terme a plusieurs significations :

  • il désigne le rapport signal/bruit, c'est à dire le rapport, exprimé en dB, entre le bruit de fond généré par un système et le signal nominal que ce système est capable de délivrer. En effet, quel que soit le soin apporté à sa fabrication, chaque système quand il fonctionne (appareil de lecture, amplificateur, enregistreur, etc...) génère des bruits (souffle, ronflements, grésillements) causés par les composants électroniques, la proximité d'autres appareils, etc.... Par ailleurs, chaque système a ses limites : passé un certain seuil un ampli, préampli, un haut-parleur, un micro altère le son (distorsion). C'est dans ce rapport bruit de fond parasite/restitution du signal sans altération que s'exprime la dynamique d'un système. Plus la dynamique est grande, meilleur est l'appareil. À titre d'exemple, un magnétophone professionnel analogique comme le Nagra IV S ou un micro d'excellente qualité possèdent un rapport signal bruit d'environ 78 dB. Sur des appareils grand public de qualité médiocre (mini-cassette) ce rapport est de l'ordre de 48 dB.
  • sur un enregistrement sonore (musique, parole, bruits) la dynamique désigne l'écart entre le passage possédant le niveau sonore le plus faible et celui possédant le niveau le plus fort. Exemple : une musique genre techno possède une dynamique pratiquement constante (le « boum-boum » constant de la grosse caisse) au contraire d'une symphonie qui juxtapose des passages pianissimo et fortissimo (voir ces mots). Il est fréquent d'utiliser des compresseurs (voir ce mot) pour diminuer la dynamique sonore lors de la gravure d'un disque ou dans certaines formes de diffusion sonore (musique dans les surfaces de vente, ascenseurs).
  • lorsqu'on parle d'un micro (micro dynamique ou, plus exactement, micro électro-dynamique), il s'agit d'un type de construction de micro. On utilise une bobine mobile qui circule dans l'entrefer d'un aimant permanent. La bobine est fixée à une membrane très fine (le diaphragme) qui est sensible aux ondes sonores. Quand elle circule entre les pôles de l'aimant, la bobine produit un courant électrique très faible qui est ensuite amplifié. Les micros dynamiques, à la différence des micros dits électrostatiques, n'ont pas besoin de pile ou d'alimentation électrique pour fonctionner.

E

Ear monitor : Oreillette.

EBU :  Acronyme de "European Broadcasting Union". Norme s'appliquant à un système de temps codé (time code) (Voir "SMPTE").

Échantillonnage : Prélèvement des échantillons en technique numérique. C'est à partir de cet échantillon que seront "extrapolées" par calcul les différentes formules demandées à partir du clavier du synthétiseur. Vitesse ou fréquence d'échantillonnage : nombre d'échantillons prélevés par seconde. Les vitesses d'échantillonnage les plus couramment utilisées sont exprimées en kHz (millier d'échantillons par seconde); exemples : Compact-disc (disque audio-numérique) = 44,1 kHz, DAT = 48 kHz. On utilise souvent des vitesses d'échantillonnage moindres pour les sons destinés aux programmes multimédias (jeux, etc...) : 22 kHz, 11 kHz voire 8 kHz. Cela a l'avantage d'occuper moins de place dans le programme... mais l'inconvénient de nuire à la qualité du son, car la plus haute fréquence reproductible est au plus égale à la moitié de celle de l'échantillonnage (Théorème de Nyquist).
Quelques autres fréquences employées par l'industrie : 8 kHz pour la téléphonie, 32 kHz pour la télévision (HDTV), la radio numérique et le procédé NICAM.

Échantillonneur : Appareil utilisé par les musiciens dans lequel sont stockés sous forme informatique des sons enregistrés (échantillons) : sons d'instruments acoustiques traditionnels, bruits divers, voire de petits extraits de musique traités sous forme de boucles. En reliant cet appareil à un clavier de commande, à une interface M.I.D.I. ou un ordinateur (séquenceur), on déclenche les sons à volonté. À partir d'un échantillon attribué à une note précise du clavier on peut, en jouant les notes voisines, rejouer l'échantillon de base avec des hauteurs et des vitesses variables, l'échantillonneur se chargeant d'extrapoler par calcul la hauteur relative des sons par rapport à l'échantillon d'origine. Les échantillonneurs sont généralement munis d'une électronique qui permet aussi de traiter les sons en mémoire (couper, coller, mélanger, bouclage des sons, modification de l'enveloppe, compression et extension temporelle, filtres, arpégiateur, etc...). L'apparition des échantillonneurs a eu une influence considérable sur le métier de musicien (abaissement des coûts de production, remplacement des musiciens par l'électronique) ainsi que sur les esthétiques musicales en musique de variétés (house music, boucles musicales utilisées dans le rap, etc...), mais aussi en musique "savante" (ex. "Répons" de Pierre Boulez). L'accroissement de la RAM que possède ces appareils (en 1997 jusqu'à 124 Mo) permet de faire tenir dans un appareil gros comme une boîte à chaussures l'instrumentation équivalente à un orchestre de variétés au grand complet. Le stockage des sons se fait dans des mémoires de masse de type disquette, disque dur, Compact-disc, afin de pouvoir charger des sons d'usine (sons fournis par les fabricants) ou sauver des sons originaux avec les manipulations qu'on leur a fait subir.

Edit, editing :  "Montage" sur un magnétophone ou sur un magnétoscope (banc de montage).

Edit/compare :  Sur un synthétiseur, touche ou contacteur permettant de modifier les paramètres d'un son sur une position (edit) et de l'écouter avant sa modification sur l'autre position (compare).

EG :  (abrév.) Envelope generator : générateur d'enveloppe.

Emphasis :  Accentuation (correspond à la "résonance" de filtres du type VCF ou de filtres passe-haut, passe-bas, coupe-haut ou coupe-bas.

Equalizer :  "Égaliseur". Correcteur, filtre... des graves et des aigus, par exemple, sur un amplificateur de chaîne Hi-Fi ou sur une console de mixage son. Il existe des égaliseurs graphiques, paramètriques (voir « Bandwith ») ou à fréquence fixe. Certains égaliseurs à fréquence fixe comme les filtres passe (ou coupe) bas (ou haut) sont préréglés pour des opérations précises : suppression de ronflements, de sifflantes, correction pour écoute à bas niveau, etc...

Erase :  Effacement.

Expander :  En « franglais » : expandeur. Le terme français est « générateur de sons ». C'est la partie d'un synthétiseur ou d'un échantillonneur comportant les circuits électroniques générant et traitant les sons. Traditionnellement on parle de synthétiseur lorsque le clavier qui sert à commander le déclenchement des sons est inclus à l'ensemble. L'utilisation d'expandeurs dans un studio permet de gagner de la place : les expandeurs sont « rackés » dans des bâtis métalliques et commandés par un seul clavier dit « clavier maître ».

F

Fader :  Potentiomètre linéaire à glissière utilisé sur les consoles.

Fade in : Augmentation progressive du niveau sonore.

Fade out : Diminution progressive du niveau sonore.

Fading :  Disparition progressive du son. En mixage sonore on parle aussi de « shunt ». En réception radio - surtout en ondes courtes - variation périodique de l'intensité : la voix (ou la musique) disparaît et revient régulièrement.

Fantôme : Dispositif électrique permettant le fonctionnement des microphones électrostatiques. L'alimentation fantôme consiste à appliquer une même tension continue de 12 ou 48 volts sur les deux conducteurs d'une liaison symétrique : le point chaud et le point froid. En général délivrée par la console, cette tension n’est pas vue par la bobine du micro, d’ou son appellation de fantôme (le potentiel étant identique sur les deux conducteurs, les transformateurs ne peuvent la détecter et en conséquence, cette tension ne vient pas troubler le fonctionnement du système).

Feedback :  Retour en arrière. En technique FM, réinjection du signal de sortie sur l'entrée d'un opérateur. Sur un effet, par exemple un delay, réinjection du signal de sortie sur l'entrée, ce qui donne un effet de boucle, d'écho répété.

FM (abrév.) Modulation de fréquence. En radio : principe de transmission. En synthèse du son : système de synthèse du son par modulation de la fréquence (ex.= synthétiseur Yamaha DX7) procédé mis au point par le musicien américain John Chowing.

Flanger (flanging, flange) :  Modulation d'un signal sonore qui procède par un très léger retard du signal original. L'effet produit est proche de celui obtenu par l'écoute d'un son à travers un tuyau, coquillage, etc... (effet de mer). On raconte (légende ou réalité ?) que ce sont les Beatles qui auraient inventé cet effet : au cours d'une séance d'enregistrement, ils s'amusèrent à décaler légèrement deux magnétophones synchrones par un léger effleurement sur une des bobines afin d'obtenir un effet spécial. Les effets de flange sont aujourd'hui produits par un circuit électronique qui retarde le son originel de quelques millièmes de seconde passé à travers un filtre dit filtre en peigne puis remélangé à la source originelle.

Flight-case :  Caisse de transport dans laquelle on enferme généralement le matériel de sonorisation fragile (amplis, consoles, instruments de musique, etc...) lors d'une tournée ou d'un déplacement. Les flight-cases sont construits dans des matériaux très résistants aux chocs et à l'écrasement (cornières en acier et aluminium). Ils possèdent des fermetures solides à verrouillage, permettent l'empilement du matériel lors du transport (ou d'un concert) et ils sont généralement matelassés de mousse préformée afin de bien caler le matériel. Le flight-case, souvent construit sur mesure, tire sans doute son nom de sa destination première : le transport par voie aérienne, dans lequel les contraintes que subissent les emballages imposent des normes très exigeantes. Un bon flight-case coûte cher mais c'est la meilleure solution pour ne pas retrouver votre console en pièces détachées au fond du camion quelques heures avant le concert !

Floppy-disc :  Unité d'enregistrement des données numériques sur disque souple magnétique. C'est le système de sauvegarde généralement employé sur les ordinateurs de type domestique.

Format de fichier(s) : Ensemble de spécifications techniques caractérisant un fichier sonore en son numérique. Les critères pris en compte par le format sont nombreux : quantification(s), fréquence(s) d'échantillonnage, codage, nombre de canaux possibles, plate-forme de lecture, en-tête de format, auto-description ou non, etc.... Il existe de nombreux formats de fichiers. Leurs caractéristiques sont fonction de leur destination (multimédia, post-production sonore, synthèse sonore, systèmes de transmission ou de diffusion, etc...). Les formats les plus courants en multimédia sont AIFF et .WAVE (voir ces mots). Certains formats sont dits « propriétaires » parce que destinés à une machine et un logiciel particuliers.

Footswitch :  (Littéralement "interrupteur-pied") : pédale. Permettant, par exemple, sur un synthétiseur de déclencher un circuit d'effet, commander une dynamique, etc...

Forte : (italien. Prononcer « forté ») En musique « fort », « puissant ». Jouer fort. Sur une partition musicale ce signe s'écrit : f. Le « forte » est une indication de nuance. Ne pas confondre avec les indications de tempo (adagio, presto, etc...); on peut jouer fort sur un tempo lent ou vite et avec douceur.

Fortissimo : (italien) En musique « très fort ». Jouer très fort. Sur une partition musicale ce signe s'écrit : fff

Forward :  Avant. Bobinage avant (de gauche à droite) sur un magnétophone.

G

Gate :  "Porte". Ouverture ou fermeture d'un circuit. En synthèse sonore : signal de déclenchement de l'enveloppe.

Glide :  "Glissement". S'emploie souvent pour désigner le "portamento". C'est l'effet que produit le glissement du doigt du violoniste sur une corde.

H

Hammond : Nom de l'orgue inventé en 1934 à Chicago par Laurent Hammond (1895-1973). Sa production s'est arrêté à la fin de l'année 1974. La maison Hammond appartient depuis 1988 à un fabriquant d'instrument de musique Japonais : " Suzuki musical Instrument corporation / Osaka , Japon ". Les orgues sont fabriqués à Osaka et à Chicago dans les anciens locaux de l'ancienne maison mère. A noter que " Hammond-Suzuki " a également racheté tout les droits et licences de fabrication de la fameuse cabine " Leslie " ( inventé en 1940 ), par Mr Don Leslie. L'amplificateur à "sons rotatifs" qui accompagne dignement le B3 si célèbre, la " Leslie model 122 " est elle aussi de nouveau fabriqué par " Hammond-Suzuki " depuis 1990. ( voir Leslie )

Harmonique : Fréquence multiple de la fréquence fondamentale.

Hertz (Heindrich) : 1857-1894. Physicien allemand qui a découvert les ondes radio-électriques (ondes hertziennes) et l'effet photo-électrique. Il a donné son nom à l'unité de mesure des fréquences, le hertz, qui se note Hz. Dans le spectre audible (16 à 20 000 Hertz par seconde), plus une fréquence est élevée plus le son est aigu.

HF : (abrév.) Haute fréquence. Système de transmission radio, de plus en plus utilisé sur scène pour réduire la quantité de fils.

I

Inch (pluriel : inches) :  Pouce. Unité de mesure anglaise égale à 2,54 cm. Voir "Pouce". Cette unité et ses subdivisions sont fréquemment utilisées en sonorisation pour désigner la largeur des bandes magnétiques ou une vitesse de défilement (voir "Ips")

Ips : (abrév.) : Inch per second : pouce par seconde. Vitesse de défilement d'un ruban magnétique exprimé en unité "pouce". Exemples : 3¾ ips = 9,5 cm/s, 7½ ips = 19 cm/s et 15 ips = 38 cm/s.

Input :  Entrée.

Insert :  En production sonore : opération qui consiste, après l'enregistrement d'une séquence musicale entière, à modifier une partie qu'on juge insatisfaisante (fausses notes, défaut technique, etc...). Cette manœuvre, qui exclut le collage, se fait en insérant entre les deux parties à garder un nouvel enregistrement à la place de l'ancien (M.I.D.I. " punch in "). En vidéo : "montage en insert" : procédé de montage qui permet de "coller" un plan image ou un son sur une bande (dite "trackée") qui possède déjà un signal de synchronisation. (L'autre système de montage est dit en "assemble").

Incrémentation : Modification de la valeur des paramètres à partir d'un seul potentiomètre pouvant être assigné successivement à chacun des circuits.

Interface : (nom féminin) Système de communication permettant l'échange d'informations entre deux appareils (ex. un ordinateur et un synthétiseur, un magnétophone et un magnétoscope, etc...)

J

Jack :  Type de fiche-prise coaxiale mono ou stéréo. Il existe actuellement trois modèles de "jack" qui se différencient par leur dimension et leur diamètre :
     - un modèle courant de 6,35 mm de diamètre appelé "jack américain" (solide et fiable)
     - un modèle miniature de 3,5 mm appelé aussi "mini-jack" fréquemment utilisé sur baladeur ou lecteur Mp3 (fragile et peu fiable)
     - un modèle miniature de 2,5 mm rarement utilisé sur des appareils portables (très fragile et très peu fiable)

Joystick :  Levier de commande d'effet. Un peu semblable (toutes proportions gardées) au manche à balai de l'aviateur il trouve de multiples applications en son et en vidéo : commande sur un synthétiseur, commande de spatialisation sur des consoles quadriphoniques, commande de magnétoscopes sur des tables de montage (banc " à convergence"); mais le plus connu des joysticks reste celui utilisé pour certains jeux vidéo.

K

Key follow :  " suivi de clavier". (voir "Tracking" )

Keyboard :  Clavier.

L

Larsen : Phénomène sonore provoqué par un micro qui se trouve dans le champs d'un haut-parleur et qui engendre une boucle dans le circuit micro-ampli-haut-parleur. Ce phénomène est caractérisé par un sifflement strident. C'est un physicien danois Soren Absalon Larsen (1871-1957) qui a mis en valeur ce phénomène.

LCD :  (abrév.) : Liquid crystal display : affichage à cristaux liquides.

LED :  (abrév.) : Light Emitting Diode : diode électro-luminescente. Ce sont les petites lampes qui forment une traînée lumineuse et indiquent par exemple les variations de niveaux sur un ampli, une console.

Leslie : Dispositif d'amplification astucieux muni d'un diffuseur rotatif, permettant de donner ce son unique et si rond aux orgues, même lorsqu'ils se trouvent dans un espace restreint ou sur une scène de concert. L'inventeur de ce système est Donald J. Leslie. Né le 13 avril 1911, il avait conçu ce système au début des années 40, après avoir acquis différentes compétences mécanique et électronique, en réparant des radios. Après avoir essuyé un refus en proposant son système d'amplification au fabricant des orgues Hammond, il avait fondé la société Electro Music afin de fabriquer son invention. Ce n'est qu'en 1980 que Hammond racheta le système qui est maintenant fabriqué par Hammond Susuki USA. Donald J. Leslie s'est éteint le 2 septembre 2004 d'une mort naturelle, à l'âge de 93 ans.

Level :  Niveau. Niveau sonore par exemple.

LF :  Low Frequency. Basse fréquence.

LFO :  : Low Frequency Oscillator : oscillateur à basse fréquence. Cet oscillateur sur un synthétiseur est généralement utilisé pour produire des effets comme un vibrato par exemple.

Line :  "Ligne". Par opposition à la liaison microphonique dont l'impédance est différente. Ex : un magnétophone, un lecteur de cassette, un lecteur de CD, se connectent en entrée "ligne" sur une console et non sur l'entrée micro.

Load :  "Chargement" (d'un programme sur un ordinateur à partir d'un lecteur de disque souple ou d'un lecteur de cassette par exemple ou bien encore sauvegarde des données sur un séquenceur ou un synthétiseur).

Locked :  Verrouillé. Terme utilisé pour les synchroniseurs (de machines vidéo et audio par exemple). Indique que les machines sont synchronisées.

Loop :  Boucle. Ex. : mise en boucle d'un son à partir d'un son échantillonné sur un synthétiseur. Le résultat est semblable à la mise en boucle d'une bande magnétique après collage.

Loud :  "Bruyant", fort. (ex. : Loud speaker=haut-parleur)

Low :  Bas. Grave, basse impédance, etc...

Lower :  Inférieur (sur un clavier d'orgue par exemple).

Low pass filter :  Filtre passe bas (ne laissant passer que les fréquences basses).

LPF :  (abrév.) : voir "Low-Pass-Filter".

M

Main in :  Entrée au niveau de l'amplificateur de puissance.

Martenot (Maurice) : Ingénieur français. Un des tout premiers inventeurs d'instrument de musique électronique auquel il a laissé son nom "ondes Martenot". Cet instrument a été utilisé assez tôt par des compositeurs comme André Jolivet, Olivier Messiaen ou Arthur Honegger (l'Oratorio de "Jeanne au bûcher").

Master :  "Maître". Bande-mère par exemple (l'original d'un mixage, d'un montage vidéo). Surtout en analogique, c'est à partir du "master" qu'on fait toutes les copies pour éviter la dégradation des informations sonores ou vidéo par copies successives ( appelées "générations"). Le terme « master » est aussi fréquemment utilisé pour désigner la machine-maître dans un synchroniseur ou encore désigner le potentiomètre général de sortie sur une console.

MEG :  (abrév.) : Multiple Event Generator. Technique française de synthèse sonore mise au point par Christian Deforeit.

M.I.D.I. :  Acronyme de "Musical Instrument Digital Interface". Système de transmission en série d’octets (paquets de 8 bits), au débit de 31 250 bits par seconde, permettant l'interconnexion et l'asservissement mutuel d'appareils divers utilisant le numérique : ex. : boîtes à rythmes, séquenceurs, synthétiseurs, ordinateurs, interfaces de synchronisation, etc.... On peut ainsi faire jouer un synthétiseur sur une "base temps" délivrée par une boîte à rythme ou un ordinateur possédant une interface M.I.D.I., piloter jusqu'à 16 synthétiseurs à partir d'un seul clavier, commander une console de mixage interfaçable, etc.... Depuis 1983, date de sa conception, cette norme a été reprise et développée pour des applications plus spécialisées : M.I.D.I. Machine Control (commande de magnétophones), M.I.D.I. Show Control (commande d'éclairage pour la scène), G.M. (General M.I.D.I.) : attribution de l'instrumentation aux différents canaux M.I.D.I. d'une partition musicale, etc.... Attention un fichier musical M.I.D.I. n'est pas un fichier sonore, c'est seulement la partition informatique qui permettra à un générateur de son (synthétiseur ou carte-son) d'interpréter la partition... et donc de l'entendre.

Mike :  Microphone.

Monitor :  Écoute, contrôle auditif.

Monodique : ...à une seule voix (musique ou instrument).

Moog (Robert) : Créateur des premiers synthétiseurs diffusés sur le marché.

Multitimbral, multitimbrale : Terme utilisé en synthèse sonore. Sur un synthétiseur ou un échantillonneur multitimbral on peut jouer à partir d'un même clavier des sons possédant des timbres différents. Par exemple, jouer des sons de contrebasse dans le registre grave du clavier et des sons de flûte ou de clarinette dans le registre aigu. Le nombre de timbres jouables avec un échantillonneur multitimbral dépasse aujourd'hui couramment plusieurs dizaines de timbres ou échantillons de base. Ne pas confondre avec « polyphonique ».

N

NAB ou NARTB :  (sigle) : NAB = National Association of Broadcasters, NARTB = National Association of Radio and TV Broadcasters. Norme d'enregistrement et de reproduction magnétique.

Niveau sonore : Le seuil de la douleur est statistiquement constaté vers 120 dB SPL. Un concert rock atteints facilement, devant les châteaux, un niveau de 130 dB SPL.

Noise (noise generator) :  "Bruit". Générateur de bruit (bruit blanc, bruit rose). Le "bruit" produit par ce générateur est semblable au chuintement qui passe par le haut-parleur d'un poste de télévision après l'arrêt des émissions. Ce type de générateur est utilisé dans les synthétiseurs et pour effectuer certaines mesures en acoustique de salles.

Noise gate :  littéralement : "Porte à bruit". Système électronique de coupure qui permet de supprimer le souffle d'une bande ou d'un instrument lorsqu'il n'y a pas de modulation.

Numérique : Commandé ou produit par des nombres. Désigne en particulier les techniques qui utilisent les ordinateurs (système binaire 1 et 0) pour produire des sons (et des images). Ex.= disque audio-numérique (Compact-disc). Quelquefois remplacé à tort, sous l'influence de l'anglais, par le terme "digital", qui en français signifie « relatif aux doigts, commandé par les doigts », d'où des quiproquos parfois savoureux.

O

Oberheim (Tom) : Ingénieur en informatique de Los Angeles, créateur des synthétiseurs qui portent son nom.

Off :  Fermé; Éteint.

Offset :  (Littéralement "compenser", "compensation"). Durée exprimée en heures, minutes, secondes et images (time code SMPTE) séparant le temps relatif de plusieurs machines utilisant un "time code" différent et qui doivent être synchronisées. En affichant sur un synchroniseur l'offset qui sépare une machine-esclave de la machine-maître on compense le retard ou l'avance de l'une par rapport à l'autre.

Omnidirectionnel : Concerne ce qu'on appelle la directivité d'un micro. Se dit d'un microphone qui prend le son dans toutes les directions (voir "unidirectionnel" et "bidirectionnel")

On :  Ouvert. Allumé.

Oscillateur : Dispositif électronique délivrant un signal électrique constant en amplitude et en fréquence. Le son étant par définition un phénomène vibratoire, les oscillateurs ont évidemment de multiples fonctions dans un studio. Quelques exemples :

  • Oscillateur dans un synthétiseur : c'est l'élément de base du synthétiseur. C'est à partir des oscillateurs, de leurs combinaisons les uns par rapport aux autres et de leur mise en cascade que seront générés, modifiés, sculptés pourrait-on dire, les sons qui sortiront de l'instrument. Ces oscillateurs délivrent des signaux de formes et de complexité variables. Les formes d'ondes de base générées sont le plus souvent : les signaux dits sinusoïdaux, les signaux carrés, les signaux en dents de scie.
    Quelqu'un qui a une certaine pratique de la synthèse sonore distingue aisément à l'audition ces différents types d'ondes et il s'appuie sur cette pratique de l'oreille pour concevoir et construire, par assemblage des oscillateurs, le son qu'il a en projet. Outre des oscillateurs générant des fréquences audibles (20 Hz à 20 000 Hz), un synthétiseur comporte aussi un ou des oscillateurs générant des fréquences inaudibles (oscillateur à basse ou très basse fréquence : de quelques hertz à 0,01 Hz) destinées à faire varier le son lentement en amplitude (modulation d'amplitude) (cf. le mot LFO).
     
  • Oscillateur délivrant une fréquence fixe de 1 000 Hz ou 10 000 Hz pour le calibrage des machines et des appareils (calibrage des machines à support magnétique, réglage de la vitesse de rotation des magnétos à bandes). « Le 1000 » est le son aigu que l'on entend au début des bandes-mères en son ou en vidéo dans les studios professionnels. Il est généré par un circuit sur une console de mixage. C'est le son-étalon qui va servir - du moins en analogique - aux opérations de report et de copie. Une bande-mère sans étalon est l'équivalent d'un avion sans altimètre : on ne sait plus où on en est dans les niveaux. Gare à l'atterrissage !...
... mais les oscillateurs dans un studio servent aussi à beaucoup d'autres choses :
  • appareils de mesure ;
  • radiophonie, télévision ;
  • systèmes de synchronisation ;
  • cadence de l'horloge des appareils numériques ;
  • etc....

Out :  Hors-circuit.

Output :  Sortie.

Overdrive :  Position correspondant à la distorsion sur certains synthétiseurs ou amplificateurs.

OverheadDésignation des micros disposés au dessus d'une batterie.

P

Pan :  (abrév.) Panoramique. Permet en stéréo de spatialiser un son ou de le déplacer progressivement d'un HP à l'autre.

Paramètre : Grandeur mesurable dont on peut modifier la valeur.

Passe-bande : (Band Pass) Filtre ne laissant passer qu'une bande de fréquences déterminées.

Passe-bas : (Low Pass Filter)- Filtre ne laissant passer que les fréquences basses.

Passe-haut : (High Pass Filter)- Filtre ne laissant passer que les fréquences élevées.

Patch :  Littéralement : "pièce". Ce terme a plusieurs sens :

  • désigne le réseau de câbles enfichables qui permet de connecter dans différentes configurations les entrées et sorties de consoles, les machines, les appareils, etc..., dans un studio ou encore les différents éléments dans un synthétiseur modulaire. Dans un studio d'enregistrement professionnel le patch comporte fréquemment plusieurs centaines de « points » de connection. Le terme équivalent en français est "baie de brassage".
  • sonorité mise en mémoire dans un synthétiseur (chiffre des unités)

PCM :  : Acronyme de "Pulse Code Modulation". Modulation par impulsions codées. Principe de base de l'enregistrement numérique (voir "échantillonnage" et "quantification").

Peak :  Pic-crête. Généralement utilisé pour indiquer à l'aide d'une LED (voir ce mot) une limite à ne pas dépasser (saturation, etc...)

Phasing :  Effet qui donne l'impression d'un son tournant. Une partie du signal est filtrée et mélangée ensuite au son direct. On peut obtenir un "phasing" sur un synthétiseur en désaccordant légèrement l'un des deux oscillateurs du VCO par rapport à l'autre.

Phones :  Écouteurs, casque d'écoute.

Piano : (italien) En dehors de l'instrument bien connu, ce terme musical signifie « doucement » « avec douceur ». Jouer avec douceur. Sur une partition musicale ce signe s'écrit : p. Ne pas confondre avec les indications de tempo (vite, lentement); on peut jouer vite et avec douceur.

Pianissimo : (italien) En musique « avec beaucoup de douceur ». Jouer avec beaucoup de douceur. Sur une partition musicale ce signe s'écrit : ppp

Pick-up : Platine tourne-disque.

Pin :  Broche (dans un circuit intégré ou dans une prise).

Pitch : Hauteur (d'un son). Cette commande, qu'on trouve parfois sur un synthétiseur ou dans certains logiciels de traitement du son, permet de faire varier la hauteur originelle d'un son (voir "Pitch bend" et "pitch shifting").

Pitch shifting : Opération qui consiste à modifier la hauteur d'un son enregistré sans en modifier la durée. De nombreux logiciels de traitement du son permettent cette opération pour réaccorder un instrument qui joue faux dans un ensemble, changer la tonalité d'un morceau, effet spéciaux sur des voix (voix de canard), etc.... Cette manipulation est aussi faisable avec un appareil appelé "harmonizer".

Pixel :  "Point". Élément de base d'un capteur ou reproducteur d'images (vidéo). Point lumineux sur un afficheur, un écran. Le nombre de "pixels" sur un écran ou un capteur détermine une plus ou moins grande définition de l'image. Un nombre réduit de pixels se traduit par exemple par un effet d'escalier sur les éléments courbes d'une image (aliasing).

Play :  Littéralement : "jeu". Sur un magnétophone ou un magnétoscope désigne la fonction "lecture".

Plug-in  Logiciel venant en complément d'une application et permettant d'ajouter des fonctions complémentaires (exemple : des filtres, des effets spéciaux sur un logiciel de mixage numérique).

Polyphonique : A plusieurs voix (qu'il s'agisse d'une partition ou d'un instrument). Ex. : sur un synthétiseur polyphonique on peut jouer des accords; ce n'est pas le cas sur un synthétiseur "monodique".

Portamento : voir « glide ».

Pouce : Unité de mesure anglaise qui est égale à 2,54 mm. Cette unité est fréquemment utilisée pour indiquer :

  • les vitesses de défilement (ips) = inch per seconde (pouce par seconde) ; par exemple :
    • 7,5 ips = 19 cm/s,
    • 15 ips = 38 cm/s
  • les largeurs de bandes magnétiques en audio ou en vidéo ; par exemple :
    • bande 1/4 de pouce = 6,25 mm : largeur standard
    • bande 1/2 pouce : multipiste audio ou vidéo grand public
    • bande 3/4 pouce : vidéo dite institutionnelle
    • bande 1 pouce : vidéo professionnelle, multipistes professionnels
    • bande 2 pouces : multipistes 16 ou 24, vidéo professionnelle (aujourd'hui en voie de disparition).

Power :  "Puissance"... mise en service ou extinction d'un appareil.

Pre-out :  Sortie au niveau du préampli.

Preset :  Présélection. Sonorité d'usine (autrement dit qui n'a pas été fabriquée par l'utilisateur) mise en mémoire sur un synthétiseur.

Presto : (italien) Vite. En musique indication de rapidité d'exécution d'un morceau.

Prestissimo : (italien). Très vite.

Punch in :  Manœuvre qui consiste, sur un magnétophone, à remplacer par un autre, un passage déjà enregistré. L'équivalent le plus proche en français pourrait être "insertion". Cette opération n'est possible que sur des magnétophones de type professionnel : pendant que la bande défile en position "lecture" on bascule à la fonction "enregistrement" au début du passage défectueux. A la fin du passage concerné on rebascule le magnétophone en lecture (punch out) sans arrêter le magnétophone. Cette opération peut se programmer sur les magnétophones modernes et est couramment utilisée en vidéo (insertion par exemple d'un plan de coupe image à l'intérieur d'un plan synchrone).

PWM :  (abrév.) : Pulse Width Modulation : modulation de la largeur d'impulsion.

Q

Quantification : Valeur des échantillons en code binaire dans la technique numérique. Exemple : quantification à 4, 8, 16, 20, 24, 32 bits. Une quantification à 16 bits permet de représenter 216 = 65 536 valeurs différentes par échantillon. En théorie, plus la quantification est élevée, meilleure est la dynamique et la fidélité du son enregistré ou reproduit (1 bit = 6 dB) : une quantification à 16 bits = 16 (bits) × 6 (dB) = 96 dB de dynamique (exemple du Compact-disc), une quantification à 24 bits = 24 × 6 = 144 dB, etc.... Les fortes valeurs de quantification sont surtout utilisées pour certaines manipulations du son : filtrage, optimisation, codage, etc...

Quantisation : Néologisme adapté de l'anglais (quantize). Dans les logiciels de programmation musicale, opération qui consiste à remettre en place des valeurs et des attaques de notes considérées comme trop approximatives. Après désignation d'une valeur de référence, l'ordinateur se charge de remettre d'aplomb la partition en prenant comme repère d'attaque et de durée l'unité la plus proche (noire, croche, double croche, triolet, etc...).

R

Rack :  "Râtelier". Bâti métallique à tiroir recevant les coffrets des appareils électroniques aux dimensions standard 19" (19 pouces = 49 cm).

RAM :  (abrév.) = Random Access Memory : mémoire "vive" dans un ordinateur (mémoire que l'on peut effacer et transformer à volonté).

Rampe : Partie montante ou descendante d'un signal en dents de scie.

Range :  Étendue. Exemple : Frequencies Range = bande passante.

Random :  Aléatoire.

Rate :  Vitesse. Vitesse d'un vibrato par exemple.

Record :  Enregistrement.

Red Book : Norme fixant le format d'écriture du Compact-disc et les spécifications de ses appareils de lecture. Il existe aussi un « Blue Book » qui fixe les standards d'enregistrement du CD Extra et du CD-i, ainsi qu'un « Orange Book » (CD enregistrable), un « Yellow Book » (CD-Rom) et un « White Book » (CD vidéo).

Release :  "Relâche", extinction, disparition plus ou moins rapide d'un son après son émission. Un des éléments constitutifs de l'enveloppe (ADSR).

Return :  "Retour". Circuit de retour d'un signal après qu'il soit passé dans un effet quelconque (écho, réverbération, etc...)

Rewind :  Rembobinage arrière (de droite à gauche sur un magnétophone)

Ring modulator :  Modulateur en anneau. Il modifie le spectre sonore d'un son en créant des fréquences de part et d'autre du signal original (effet "son de cloche").

RMS :  (abrév.) : Root Mean Square : valeur efficace d'une tension en Volts ou de la puissance d'un ampli (exprimée en Watts). Il y a une différence entre la puissance « instantanée » d'un amplificateur et sa puissance efficace car une partie de la puissance de l'amplificateur est dissipée sous forme de chaleur. Sur une notice technique tous les amplificateurs doivent être spécifiés en puissance RMS pour qu'on puisse avoir une idée de la puissance qu'ils donneront dans un haut-parleur.

Ronflette : Bruit de fond gênant généré dans la sono :

  • un ronronnement secteur constant, de fréquence caractéristique (50 Hz), ramassé par :
    • les micros des guitares ;
    • l’absence ou un blindage défectueux des câbles audio ;
    • l’utilisation de câbles audio asymétriques (1 conducteur + masse - type jack ou cinch) au lieu de câbles symétriques (2 conducteurs + masse - type XLR ) ;
    • le passage des câbles audio prés des cordons d’alimentation secteur, des transformateurs, des néons...
      (d’ou la nécessité de écarter les différents type de câbles entre eux et de tous appareils rayonnant).
  • un vrombissement, mélange des 50 Hz du secteur et de ses harmoniques (100, 150 Hz...), créé par :
    • une "boucle de masse" provoquée par la liaison à la même masse/terre de plusieurs appareils (l’idéal étant 1 seule terre pour tous les appareils reliés entre eux par leur masse) ;
    • la différence de potentiel entre 2 masses ou 2 terres créant une tension qui s’injecte dans la modulation audio (souvent entre les alims son et lumières).

Rythme : En musique : découpage de l'unité de base qu'est la mesure en subdivisions de 1, 2, 3, 4, 5, n... C'est le rythme qui donne son caractère à une musique, principalement par l'accentuation de temps dits « forts » ou « faibles » et par son découpage en valeurs binaires, ternaires ou valeurs plus complexes. Pour se limiter aux musiques de la sphère occidentale... :

  • Ex. de rythme ternaire : une valse (3 temps), le « swing » du jazz
  • Ex. de rythme binaire : la majorité des musiques « rock » ou des marches militaires.
L'indication du rythme d'un morceau est donné au début de la partition par deux chiffres inscrits à côté de la clé (clé de Sol, clé de Fa, clés d'Ut).

Ex. : 2/4, 3/4, 4/4, 6/8, 9/8, 5/4, etc...

En musique le rythme est distinct du tempo (qui donne la vitesse d'exécution). On ne parle donc pas de rythme rapide ou lent mais de tempo rapide ou lent sur un rythme à 3 temps, 4 temps, etc... (Voir "tempo")

S

Sample (sampling) : "Échantillonnage" (voir ce mot).

Sampler :  Échantillonneur (Voir "échantillonneur").

Save :  Sur un ordinateur, un séquenceur ou un synthétiseur, sauvegarde des données qui ont été formulées. Cette sauvegarde s'effectue le plus souvent en enregistrant sur un support magnétique (disque souple (floppy-disc, cassette) ou sur un disque dur les données en question.

Scrambling :  : Entrelaçage des données informatiques. Dans les systèmes d'enregistrement numérique les données (bits) sont rarement stockées les unes après les autres mais entrelacées et mélangées dans un ordre qui varie suivant les systèmes (CD-audio, format DASH, DAT, etc...). Cet entrelacement permet, entre autres, de faciliter les corrections d'erreurs.

Send :  "Envoi". Circuit de départ vers un effet (réverbération, delay, etc...)

Shunt :  En prise de son : baisse progressive du son jusqu'à sa disparition complète.

Slave :  "Esclave". Machine asservie, commandée par une autre après passage dans un synchroniseur.

SMPTE :  Acronyme de "Society of Motion Picture and Television Engineer". Norme concernant un système de temps codé (time code) qui rend possible l'asservissement et le parfait synchronisme de machines les unes par rapport aux autres (ex. : un magnétoscope et un magnétophone, des magnétophones entre eux , etc...). Ce système de code a été aussi normalisé par l'Union Européenne de Radiodiffusion (U.E.R.) connue aussi sous le nom de E.B.U. (voir "E.B.U.").

Speakon : Connecteur de liaison pour haut-parleur. Ne pas oublier le quart de tour pour verrouiller le connecteur... sinon ça ne marche pas !

Speed :  "vitesse". Vitesse de défilement de la bande devant les têtes d'un magnétophone par exemple, vitesse d'un vibrato, etc...

Stand-by :  "Attente". Préchauffage d'un ampli par exemple.

Start :  Départ. Mise en marche.

Stéréophonie : Procédé d'enregistrement et de reproduction sonore qui vise à rendre compte de la perception binaurale que l'on a de la réalité sonore (nous avons 2 oreilles). La stéréo est au son ce que la stéréoscopie (vision en relief) est à l'image.
La stéréophonie consiste à :

  1. capter avec 2 micros distincts une même source sonore.
  2. acheminer et enregistrer sur deux canaux distincts les modulations envoyées par les micros
  3. reproduire sur 2 H.P. distincts chacun des canaux lus sur le lecteur (magnétophone, CD, etc...)
L'enregistrement et la reproduction stéréophoniques exigent le respect d'un certain nombre de règles lors de la diffusion (place des haut-parleurs par rapport à l'auditeur) et dispositions pour les capteurs lors de la prise de son (couple de micros : A-B, X-Y, MS, couple ORTF, etc...). Le principal problème à résoudre concerne les problèmes de phase.
Quelle que soit la sophistication des moyens mis en oeuvre, l'enregistrement stéréophonique est à considérer comme une « interprétation » de l'espace sonore par le preneur de son ou le mixeur.
Lors du mixage (disque, cinéma, radio) l'utilisation d'un certain nombre de procédés et d'effets (panoramique de voie, réverbération, delay, etc...) permet de recréer un espace stéréophonique à partir de sons enregistrés en monophonie.

Stretching : voir "Time stretching".

Sub-oscillator :  sous-oscillateur (1 ou 2 octaves en dessous de la fréquence normale)

Sustain :  Tenu d'un son (après son attaque). Un des éléments constitutifs de l'enveloppe lorsqu'on travaille sur un synthétiseur.

Synthesizer :  Synthétiseur.

T

Talk-back :  Circuit d'ordre (micro d'ordre). Utilisé, par exemple, pour communiquer avec les musiciens dans un studio d'enregistrement quand ils sont isolés de la cabine technique par une vitre.

Tape :  "Ruban". Désigne la bande magnétique et, par extension, les appareils qui utilisent la bande : magnétophone, lecteur-enregistreur à cassette.

Tempo : (de l'italien « temps ») En musique, désigne la rapidité d'exécution d'un morceau (lent, modéré, rapide). Ne pas confondre avec le rythme (voir ce mot). Les indications de tempo données par le compositeur s'expriment soit avec des termes généraux (presto, andante, allegro, etc...) soit, de façon plus précise, avec des nombres --- ex. : « 120 à la noire ». Le chiffre donne le nombre de pulsations à la minute. « 60 à la noire » correspond à une pulsation par seconde, « 120 à la noire » est le tempo classique de la marche militaire et surtout du Disco !

Thru (Through) :  À travers (système M.I.D.I., ou en photo TTL).

Time stretching : . Le "time stretching" permet la compression ou l'expansion temporelle d'un son sans modifier sa hauteur. Cette opération, autrefois impossible avec l'analogique, est aujourd'hui couramment pratiquée grâce à des logiciels de traitement numérique du son.

Tracking :  "Traçage", "pistage". Ce mot a plusieurs significations suivant les machines (et les "corporations") avec lesquelles on travaille

En prise de son : (utilisation impropre du terme) opération qui consiste à recopier en les mixant plusieurs pistes sur une autre avec un magnétophone multipiste; on "prémixe" plusieurs pistes sur une seule. Cette technique permet d'étendre relativement les capacités en pistes d'un magnétophone, puisqu'on peut alors effacer et réutiliser les pistes qui ont été déjà prémixées sur une autre.

En vidéo la signification est différente : enregistrement sur une piste spécialisée du signal qui sert à la synchro image.

En synthèse sonore : (Keyboard tracking) : asservissement de l'enveloppe des sons à la hauteur des notes. On dit aussi "suivi de clavier" (Key follow).

Transformée de Fourier : Calcul (qui porte le nom de son inventeur Jean-Baptiste Joseph Fourier, 1768-1830) qui permet la représentation graphique d'un son et de son déroulement temporel. Elle se présente sous forme d'un graphique à trois dimensions.

Transitoire : Phénomène correspondant à l'attaque et à la décroissance d'un son.

Treble :  Aigus

Trigger :  Circuit électronique délivrant l'impulsion de commande de l'enveloppe (les batteries électroniques sont munies de triggers qui captent la frappe de la baguette).

Tune :  Ton. Sur un synthétiseur cette fonction sert à accorder l'instrument. Ce terme signifie aussi un "air" de musique (ex.= "Trumpet tune" de Purcell).

Tuning :  Accord (accorder un instrument de musique, régler un condensateur variable : recherche des stations sur un récepteur radio, etc...)

Tweeter :  Haut-parleur de petit diamètre pour la reproduction des fréquences aiguës.

U

UHF : (abrév.) Ultra (haute) fréquence. Bande de fréquence usitée en télévision.

Unit :  Unité (élément d'un ensemble).

Unidirectionnel : Concerne ce qu'on appelle la directivité d'un micro. Un micro unidirectionnel est surtout sensible aux sons qui viennent d'une seule direction (généralement devant le micro). Suivant la largeur du champ sonore auxquels ils sont sensibles, on classe les micros unidirectionnels en sous-catégories : cardioïde, super-cardioïde, hyper-cardioïde, micro-canon-en allant dans le sens d'un champ de plus en plus étroit. (voir "omnidirectionnel" et "bidirectionnel")

Upper :  Supérieur (pour un clavier d'orgue).

V

Varispeed :  Variateur de vitesse (sur un magnétophone par exemple).

VCA :  Voltage Controlled Amplifier : amplificateur commandé par une tension.

VCF :  Voltage Controlled Filter = filtre commandé par une tension.

VCO :  Voltage Controlled Oscillator = oscillateur commandé par une tension.

Velocity :  Vélocité. Sur un clavier de synthétiseur exprime la force d'enfoncement de la touche et permet de restituer la dynamique sonore du jeu de l'instrumentiste. Le choix du mot "vélocité" vient du fait que le synthétiseur ne mesure pas en réalité la force d'enfoncement des touches mais sa vitesse d'enfoncement.

Verify :  Vérification des données mises en mémoire.

VHF :  (abrév.) : Very High Frequency = très haute fréquence. Terme usité en radio FM et en télévision (bandes I, II, III).

Vibrato : Variation plus ou moins rapide de la hauteur d'un son autour de la fréquence exacte considérée comme "juste". Effet donné, par exemple, par le léger mouvement du doigt du violoniste sur la corde.

Voice :  Voix. Est aussi employé pour désigner un canal d'amplification.

Voicetracker :  (Littéralement : suivre la voix à la trace). Commande vocale.

Voltage :  Tension.

W

Wah-wah :  Effet obtenu avec une trompette quand on bouche et débouche alternativement le pavillon avec un "bol". Cet effet est aisément reproduit aujourd'hui par des circuits électroniques sur tous les instruments électrifiés (ex. : guitare wah-wah). Sur un synthétiseur on peut le reproduire avec le filtre VCF et la molette de modulation.

Wave :  Onde (signal). Ex. : LW, MW, SW (Long, Middle, Short Wave). Nom donné aussi à un format de fichiers sonores (.WAV) qui est le format standard des échantillons sonores sur compatibles PC depuis Windows 3.1. Créé par Microsoft et IBM.

Waveform :  Forme d'une onde électrique ou composante d'un son (ex. : onde carrée, onde en dents de scie, onde sinusoïdale, onde aléatoire, etc...).

Wedge : Bain de pied, enceinte en forme de coin, posée au sol pour diffuser les retours musiciens.

Wheel :  "Roue". Roue ou molette de modulation.

Width :  Largeur (d'impulsion). Profondeur ou durée d'un effet.

Write :  Écrire. Touche servant à mémoriser les sons sur synthétiseur.

X

XLR : (abrév.) External Line Return. Désigne les circuits et connexions comportant trois conducteurs (1 masse + 1 point froid + 1 point chaud). S'applique aussi aux liaisons symétriques : par exemple un câble et une connexion micro à l'entrée d'une console de mixage. (voir "Cannon").

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A apprendre par coeur les gars !